Vers d’autres sociétés (1) : Les villes en transition

3, 2, 1… Partez ! Mais vers où?

Réseau de transitions

« Crise », « pétrole », « croissance »,…

« Réchauffement climatique », « catastrophes naturelles », « fonte des glaces »,…

Vous les entendez souvent ces termes-ci. Un peu trop. Après tout, qu’est-ce que vous pouvez y faire, vous, à tout ça ?

Ah ! J’en vois quelques-uns qui baissent la tête, marmonnent dans leur barbe. D’autres, qui, timides, s’interrogent : « Ne peut-on pas faire autrement » ? « Ne peut-on pas changer de direction » ?

Si. Ou tout du moins peut-on tenter d’essayer.

Aux sources de la transition

Le principe des villes en transition tire sa source de deux crises majeures : la crise économique et la crise énergétique.

La croissance économique est sur toutes les lèvres, dans tous les titres de médias. On la brandit à tout bout de champs, comme un prêtre brandirait sa croix devant un groupe d’actives Femen ! Et malheureusement on sacrifie bon nombre d’acquis, d’idées, d’avancées sur son autel.

Le problème auquel se confronte la croissance économique est que les ressources desquelles elle dépend ne sont, elles, pas infinies. A force de pousser sur l’accélérateur économique, de pourfendre les opinions à renfort de « consommation », d’« emplois », on tend à dépasser de plus en plus les ressources terriennes (Overshoot Day), tout en creusant l’écart entre les riches et les pauvres (voir le dernier rapport d’Oxfam). La dette écologique et sociale s’accentue…

En parallèle de l’économie, l’énergie. Pour répondre au dogme de la croissance, de la frénésie du toujours plus, l’économie s’est rendue particulièrement dépendante des ressources pétrolières (qui, entre parenthèses, ont l’inconvénient supplémentaire de reposer entre les mains de puissances aux investissements douteux). Le pétrole est une énergie fossile, résultant d’un processus long de plusieurs millions d’années de la transformation de matière organique (animaux et végétaux morts). Il est donc limité en quantité.

Dès lors, que deviendra notre monde, notre société lorsque le pétrole se fera rare, se fera cher, plombant par l’occasion une économie qui n’a pas voulu voir qu’elle allait tomber ?

L’après-croissance, l’après-pétrole sont à inventer. C’est là qu’intervient la transition.

livre_transition

Le principe de la transition est d’offrir une alternative face à de systèmes voués à s’effondrer. En bâtissant des systèmes de société différents, plus sobres, plus viables. Plus résilients.

Un système sera dit résilient s’il parvient à se redresser après une perturbation, tout en conservant certaines de ses propriétés initiales et un fonctionnement correct. Actuellement, nous faisons donc face à plusieurs perturbations plus ou moins imminentes. La transition permet dans un premier temps d’identifier ces perturbations et d’offrir des pistes de réflexions et des alternatives pour amortir la chute.

Rob Hopkins est l’initiateur de ce concept de transition. Il a lancé en 2006, à Totnes en Grande-Bretagne, un premier mouvement de regroupement citoyen autour cette question de l’après-pétrole.

Car la transition, c’est avant tout une démarche citoyenne. Celle de se réapproprier sa ville, son économie locale, sa voix politique. C’est s’interroger sur ses actes, réfléchir ensemble et agir collectivement pour un mieux-être global.

Cela vous dirait-il de faire un tour d’horizon des villes en transition et de leurs démarches collectives ?

En attendant, je vous invite à découvrir le réseau des initiatives de transition de Wallonie et de Bruxelles (clic)

Belle soirée !

9 réflexions sur “Vers d’autres sociétés (1) : Les villes en transition

    1. Oui! Je connais déjà quelques initiatives, pas forcément sous l’étiquette des la « transition » mais qui sont totalement dans l’optique. Par exemple, du côté de Villeray, il y a des beaux projets.
      Si les idées t’intéressent, il y a le livre « Un mlillion de révolutions tranquilles » qui est un beau condensé de projets concrets. C’est superbe à lire, ça te permet de positiver =)

      J'aime

  1. Ping : Courts-circuits ! | Nous sommes tous des graines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s